in ,

6 exemples de potagers urbains réussis

Crédits : TG23 / iStock

Qui ne prend pas plaisir à cultiver ses propres fruits et légumes ? Avoir son propre potager est un bonheur infini sans parler du goût qui ne ressemble certainement pas aux légumes que l’on retrouve en grande surface. De plus en plus de jardiniers en herbe se lancent dans la culture du potager. Pas besoin d’une grande parcelle ni même de vivre à la campagne. Les potagers urbains ont la côte ! Même les citadins ont la possibilité de produire sur de petits espaces et de nourrir leur famille. Alors non, ce ne sera pas des récoltes toute l’année, mais manger sainement et local durant toute la belle saison est un bon début ! Pour vous inspirer, voici 5 conseils pour un potager urbain réussi.

1) Compost et anti-gaspi

Avant de vous lancer dans votre petit potager, préparez le terrain ! Ne dépensez pas un centime dans la confection puisque pour vos jardinières il suffit de récupérer quelques caisses en bois ou simplement des planches pour les confectionner vous-même. N’importe quel bac fera l’affaire, mais avec des trous de préférence pour le drainage. Garder un bac pour faire votre propre compost en y mettant le reste de vos épluchures de légumes par exemple : un geste 100% écolo et anti-gaspi. Retrouvez ici la liste des déchets à mettre dans votre compost maison.

2) Le potager en toiture

Après avoir trouvé tous vos équipements nécessaires à la conception de votre potager urbain, il ne vous reste plus qu’à l’aménager. Les potagers sur toits ont la côte ! Ils apportent une certaine fraîcheur en milieu urbain et dans une certaine mesure ils favorisent une gestion plus saine du climat. D’ailleurs, les toits peuvent représenter jusqu’à 32 % des surfaces horizontales des villes. Pour un immeuble, il est bien sûr obligatoire d’avoir recours à un architecte paysagiste. Pour un petit potager sur une maison individuelle ou sur la toiture plate d’un abri, il faut veiller à rendre le toit étanche avant toute chose, et vérifier que la structure peut supporter assez de poids. Il est donc recommandé d’être au minimum conseillé par un professionnel.

3) Le mur végétal

Pour cultiver des herbes aromatiques, vous pouvez opter pour un mur végétal. Le mur végétal a l’avantage de ne pas prendre de place et d’optimiser un maximum d’espace. Il peut autant s’installer à l’intérieur qu’à l’extérieur si vous avez une petite terrasse ou un balcon. Pour arroser le mur végétal, il vous suffit de vous munir d’un flacon vaporisateur rempli d’eau.

4) Des bacs en bois à la verticale

Jouer avec les hauteurs est un incontournable du jardin lorsque l’on a peu de place. Il est tout à fait possible de jouer avec la verticalité dans un potager urbain. Vous pouvez par exemple sur une terrasse empiler des bacs en bois que vous aurez vissés entre eux à l’aide de planches ou en les fixant au mur comme l’image ci-dessous.

5) Des jardinières à placer dans le balcon

L’avantage avec les jardinières c’est que l’on peut presque tout planter comme un vrai potager ! Salades, tomates, fraises ou encore arbres fruitiers nains se cultivent facilement sur un balcon ou une terrasse. Il y en a de toutes formes et de toutes couleurs. Que vous soyez plus style champêtre ou contemporain, vous trouverez forcément la jardinière qui vous convient. Le mieux est bien sûr de la réaliser soi-même avec des matériaux de récupération.

6) Des panneaux de bois pour les plantes grimpantes

Un simple panneau de bois peut servir de potager urbain pour vous lancer dans vos cultures citadines. Les plantes grimpantes sont nombreuses et permettent non seulement d’embellir votre espace, mais aussi de vous offrir de jolies et délicieuses récoltes. Cultivez facilement des fraises ou encore du basilic sur vos panneaux de bois ! Vous pouvez facilement embellir vos panneaux avec des fleurs ou du DIY ou en créant de jolies petites étiquettes pour répertorier vos végétaux.