in

Ail rocambole : conseils de plantation, d’entretien et de récolte

Crédits : OlyaSolodenko / iStock

L’ail rocambole est une plante rustique aux saveurs exquises. Il est légèrement différent de l’ail commun puisque toutes les parties de la plante (bulbilles, feuilles et bulbes) se consomment ! Cet ail perpétuel n’a pas besoin de se déterrer ni de se replanter. Ses bulbilles poussent sur le haut de ses tiges et sont de couleur violette, ce qui fait tout le charme de la plante. Il trouvera parfaitement sa place dans le potager. Découvrez comment cultiver l’ail rocambole.

Où et quand planter l’ail rocambole ?

La période idéale pour planter l’ail rocambole est à l’automne (septembre-octobre) ou à la toute fin de l’hiver vers début mars.

Il doit être installé en plein soleil et a besoin de chaleur pour une bonne croissance. Il n’est pas difficile concernant le type de sol puisqu’il supporte n’importe quel pH. Cependant, la terre doit être riche et meuble.

Comment planter l’ail rocambole ?

Avant de planter ce bulbe potager, la terre du jardin doit être bien travaillée et préparée :

  • À l’aide d’une fourche‑bêche ou d’une grelinette, retournez la terre sur 20 cm de profondeur.
  • N’ajoutez pas de compost au moment de la plantation, cela ferait pourrir les racines. Les fumures organiques doivent être incorporées un an avant la plantation. Il est donc préférable de réaliser cette dernière sur un terrain déjà amendé, à la place d’une ancienne culture par exemple.

La plantation :

  • Commencez par faire des buttes de 10 cm de haut.
  • Au sommet de ces buttes, placez les caïeux (les bulbes) la tête vers le haut, tous les 10 à  15 cm. Enfoncez légèrement à la main.

Cette technique de plantation permettra d’éviter l’eau stagnante aux pieds des plantes et donc les pourrissements éventuels.

Bon à savoir : il est possible de réaliser la plantation avec les bulbilles, mais cela est plus laborieux. En effet, la formation des gousses n’arrivera qu’un an après.

ail rocambole Allium scorodoprasum
Crédits : Tom Meaker / iStock

L’entretien

Une fois bien installé, l’ail rocambole ne demande pas vraiment d’entretien. Il est possible de l’arroser en cas de sécheresse prolongée, mais autrement il supporte toutes les variations de température. Sa rusticité est forte, c’est une plante robuste. Cependant, il ne faut surtout pas arroser juste avant la récolte !

L’ail rocambole n’est pas sensible aux maladies, car les parasites ne s’y intéressent pas.

Récolter, conserver et cuisiner l’ail rocambole

La récolte a généralement lieu au mois d’août. Lorsque les feuilles jaunissent, munissez-vous d’une fourche‑bêche et levez légèrement le pied en ne blessant pas le bulbe pour permettre à l’ail d’amorcer sa maturation. Ensuite, lorsque tout le feuillage est jaune et sec, vous pouvez récolter vos gousses. Faites-les sécher au soleil durant quelques jours. Il suffit après cela de les conserver dans un espace sec et aéré.

Tout comme l’ail commun ou l’ail des ours, l’ail rocambole s’utilise en tant que condiment. Il permettra de relever les plats et de leur apporter un goût unique. Quant aux bulbilles, elles se consomment comme les oignons blancs : confites dans du vinaigre ou tout simplement dans une salade.