in

Cannibalisme chez les champignons : de quoi s’agit-il ?

Crédits : Damon Brunette / wikipédia

Des champignons cannibales, rien que le concept vous fait sourire et pourtant c’est une réalité. Des spécialistes ont observé un bien étrange phénomène et inquiétant au sein des relations des fongiques. Un champignon installé sur le chapeau d’un autre champignon peut paraître mignon, mais la vérité est autre. Ce cannibalisme mycologique est en réalité une relation de parasitisme. Découvrez la face cachée des champignons.

1) Qui sont les champignons cannibales ?

On peut distinguer deux groupes de champignons :

  • Les macromycètes : visibles à l’oeil nu et ayant la forme d’un champignon classique, c’est-à-dire avec un pied et un chapeau.
  • Les micromycètes : beaucoup plus petits, ils contiennent les moisissures et les levures.

Ces deux types de champignons sont cannibales. D’ailleurs, une des variétés les plus petites (Hypomyces chrysospermus) est appelée “mangeurs de bolets”. Ce champignon (Ascomycète) attaque les cèpes et bolets en les recouvrant d’une poudre jaune blanchâtre, puis se nourrit de son hôte que l’on ne reconnaît plus.

D’autres champignons (Hypomyces) s’attaquent aux russules et lactaires. Comme les ascomycètes, ils les recouvrent d’une moisissure grisâtre, blanche ou dorée. Et ainsi, il finit par se nourrir de celui-ci. Généralement, la consommation de ces “doubles” champignons est évitée, mais selon certains gourmets, ils offriraient parfois un petit plus gastronomique, tant au niveau du goût que de la texture. Encore faut-il se laisser tenter…

Il existe des dizaines de champignons cannibales comme le pseudoboletus parasiticus qui s’installe sur les sclérodermes ou le Nyctalis porteur d’étoiles qui s’attaque aux russules et lactaires, le Volvariella surrecta aux Clitocybes nébuleux, la psathyrella epimyces se nourrissant et bloquant la fructification du Coprin chevelu.

On retrouve aussi ce phénomène chez certains champignons plus communs comme le champignon de Paris, victime de la redoutable molle (Mycogone perniciosa). Ce champignon digère son hôte en le transformant en masse informe, nauséabonde et flasque.

champignon
Crédits : Mushroom Observer / wikipédia

2) Comment se nourrissent-ils ?

Les champignons cannibales absorbent leur proie très lentement. Les scientifiques ont remarqué un comportement nettement plus vif et agressif. Ils pénètrent dans leurs proies, sécrètent des toxines et des enzymes, puis l’absorbent.

La majorité des champignons cannibales ne provoquent pas la mort immédiate de leur hôte. Tout d’abord, ils le parasitent et provoquent sa destruction qui peut être plus ou moins longue. Généralement, une fois fixés, ils pénètrent intimement au plus près des cellules hôtes et absorbent lentement leur contenu comme l’eau et les éléments nutritifs afin d’accéder à la source carbonée. Le parasite utilise enzymes et toxines pour surpasser la défense de l’hôte.

Certains phénomènes restent encore un mystère, car le Nyctalis porteur d’étoiles ne s’attaque qu’à de très vieux russules et lactaires. Se nourrit-il que des cellules mortes ou profite-t-il au contraire de leurs faiblesses ? Les liens qu’entretient la communauté fongique nous permettent de comprendre les différentes interactions entre les êtres vivants de la nature. D’ailleurs, les champignons cannibales deviennent de précieux auxiliaires pour limiter la prolifération des maladies fongiques.

Source

Articles liés : 

Bonsaï : comment entretenir son arbre miniature ?

Pilea Peperomioides : comment entretenir la plante à monnaie chinoise

Cœur de Marie : conseils de plantation et d’entretien

Cannibalisme chez les champignons : de quoi s’agit-il ?
noté 5 - 1 vote