in

Chou palmier “Noir de Toscane” : plantation, culture, entretien et récolte

Crédits : bhofack2 / iStock

Le chou palmier est un légume excellent, aussi bien au niveau du goût que pour la santé, mais il reste encore peu connu. Il fait partie de la même famille que le chou frisé. Avec ses grandes feuilles gaufrées, il apporte une touche d’exotisme au potager. Généralement, pour les autres choux, ce sont les têtes qui sont gaufrées et que l’on cultive dans un but de consommation. Or, pour le chou palmier, ce sont les feuilles vertes foncées, presque noires, que l’on consomme, et c’est ce qui fait son originalité. Voici quelques conseils pour apprendre à planter, à cultiver, à entretenir et à récolter le chou palmier.

Où, quand et comment cultiver le chou palmier “Noir de Toscane” ?

Le chou palmier trouve facilement sa place au potager, mais il est tellement décoratif qu’il est possible de le cultiver en massif en tant que vivace ! Sa culture n’est pas compliquée, mais elle s’effectue en deux temps. Il faut d’abord que vous semiez les graines au début du printemps (mars ou avril) à l’abri et au chaud pour éviter les gelées tardives et que vous mainteniez le terreau humide jusqu’au moment du repiquage.

Au mois de mai, lorsque les plants ont germé et possèdent entre trois et quatre belles feuilles, vous pourrez les replanter directement en pleine terre dans le jardin. Veillez à ce que la terre se soit bien réchauffée avant.

Avant la plantation, travaillez bien la terre afin de la rendre meuble puis placez chaque plant de chou palmier en les espaçant d’au moins 50 cm les uns des autres.

chou palmier
Crédits : bhofack2 / iStock

L’entretien du chou palmier

Comme la plupart des choux, ce légume ne demande pas beaucoup d’entretien. La seule chose importante est de maintenir la terre humide, surtout durant la saison estivale. Pour cela, paillez le sol dès le mois de juin afin de maintenir l’humidité durant l’été.

Attention tout de même à l’excès d’arrosage. Une humidité trop importante engendre un pourrissement et l’apparition de maladies cryptogamiques.

Récolter et conserver le chou palmier

La récolte se fait idéalement au fur et à mesure des besoins. Récoltez seulement les feuilles que vous allez consommer le jour même. Surtout, commencez par le bas et remontez petit à petit au fil des récoltes.

En outre, s’il est possible de commencer la récolte à la fin de l’été, il est préférable d’attendre les premiers coups de froid. En effet, les gelées attendrissent les feuilles et leur procurent un goût sucré ! Il est donc possible de prolonger la récolte jusqu’à mars.

Comme nous l’avons dit plus haut, le mieux est de consommer le chou palmier directement après la récolte de celui-ci, sinon il perdra rapidement ses vitamines. Cependant, il est tout de même envisageable de le conserver deux à trois jours dans le bac à légumes du réfrigérateur. Il est aussi possible de congeler les feuilles après les avoir blanchies dans de l’eau salée et bouillante durant 3 minutes.

Bon à savoir : les limaces et les escargots sont friands des choux palmier, pensez à les protéger !

chou palmier
Crédits : ALEKSEI BEZRUKOV / iStock