in

Comment arroser son jardin efficacement ?

Crédits : iStock

Dans le Sud, plus qu’ailleurs, le jardin réclame un arrosage plus régulier. Mais dans cette région, la pluie se fait rare, les végétaux ont donc besoin d’une autre source d’eau. Prenez donc les choses en mains en arrosant au bon moment, avec le matériel adéquat et en vous renseignant sur les besoins réels de chaque plante. Voici tous nos conseils pour un beau jardin.

1) L’eau un élément essentiel

L’eau est le principal élément d’une plante : elle représente de 70 à 80 % du poids de sa matière verte. L’été, les précipitations ne suffisent pas à alimenter les végétaux. D’où la nécessité d’arroser, mais pas n’importe comment, et pas n’importe quand.

Mettez tout en œuvre pour que vos plantes traversent les périodes de grosses chaleurs sans dommage. La question que l’on se pose devant une plante, un arbuste à fleurs, une plate-bande ou une pelouse est : combien de fois faut-il arroser ? Eh bien, cela dépend du type de la plante, de la nature du sol, de l’exposition.

Un manque d’eau se traduit presque toujours par un flétrissement de la plante. Dans le cas extrême, vous ne pourrez même pas faire reprendre la plante, elle meurt.

Un excès d’eau entraîne les mêmes symptômes, plus ou moins rapides, avec un passage par un stade de jaunissement des feuilles, pot ou jardinière. L’eau prenant la place de l’air dans le sol, les racines manquent d’oxygène, ne peuvent plus respirer et la plante meurt. On parle alors d’asphyxie des racines : comme ça peut être le cas pour le gardenia par exemple.

2) Au potager, 10 à 15 litres d’eau au m2

Pour une pelouse, un potager, un massif d’annuelles ou de vivaces : 10 à 15 litres d’eau par m2 suffisent par arrosage. De 30 à 40 litres se justifient pour un végétal à enracinement plus profond (arbre ou arbre fruitier).

Dans ce cas, vérifiez l’humidité du sol en profondeur (30 à 50 cm) à l’aide d’une sonde.

L’été, et même lors des belles journées d’automne, arrosez de préférence le soir.

Cet apport d’eau rafraîchit vos plantes qui ont subi les fortes chaleurs de la journée. Pendant la nuit, elles ont suffisamment de temps pour pomper l’eau par leurs racines, évitant ainsi une trop grande transpiration.

geranium eau
Pour les géraniums, économisez l’eau. Réservez-la aux arbres : 30 à 40 litres au m2 par arrosage © iStock

En hiver et surtout au début du printemps où les gelées matinales sont possibles, arrosez après le lever du soleil.

N’arrosez pas en plein soleil : les gouttelettes d’eau sur les feuilles faisant loupe, vous exposez vos plantes à des risques de brûlures importantes.

3) Du tuyau au canon, distribuez bien l’eau

Le tuyau souple, en caoutchouc ou en plastique armé opaque pour éviter la formation d’algues à l’intérieur, est le système le plus utilisé.

Évitez les longueurs supérieures à 30 mètres. Cela implique une bonne distribution des robinets dans votre jardin.

Les terminaux d’arrosage (lances, pistolets ou jets réglables) fixés à l’extrémité du tuyau, permettent un arrosage plus précis de certaines plantes.

Les arroseurs offrent l’avantage de pouvoir travailler sur des surfaces relativement importantes et de se déplacer facilement. Selon la pression et le débit d’eau dont vous disposez, faites appel à des arroseurs circulaires (500 g à 1 kg/cm2 de pression) travaillant presque toujours en cercle complet, le diamètre variant suivant les modèles.

L’oscillant (idéal à partir d’une pression de 1,5 kg) peut travailler en surface carrée ou rectangulaire, modulable par réglage. Les sprinklers (canons) sont les plus puissants (3 kg de pression au minimum) ; leurs diamètres dépassent parfois 20 m. Ils présentent l’avantage de pouvoir se régler en portion de cercle. À éviter toutefois sur les massifs de plantes fragiles.