in

Compost : 5 astuces simples pour bien le réussir !

Crédits : Mukhina1 / iStock

Avoir un compost chez soi, c’est bien, mais encore faut-il le réussir ! Eh oui, contrairement à ce que l’on pourrait penser, il ne suffit pas de mettre quelques épluchures de fruits et légumes dans un récipient pour obtenir un compost de bonne qualité. En réalité, outre le processus de décomposition naturelle, il existe plusieurs bonnes habitudes à prendre qui permettront d’obtenir un engrais riche et 100% naturel !

1) Sélectionner les déchets

Même si le compost est un excellent moyen de réduire les déchets de cuisine et de réutiliser les déchets verts du jardin, tout n’est pas bon à prendre. En effet, certains déchets n’ont pas leur place dans un composteur. C’est notamment le cas des graisses alimentaires, des os, des coquilles de fruits de mer, des excréments de chats et de chiens, des textiles, de la terre, du sable ou encore des bois traités. En revanche, les épluchures de fruits et légumes, le marc de café, les végétaux, le pain humidifié ou encore les restes de viande et de poisson peuvent être compostés.

2) Mélanger les déchets verts et les déchets bruns

Tous les déchets n’ont pas les mêmes propriétés. En effet, il existe des déchets verts, riches en azote, et des déchets bruns, riches en carbone. Les déchets verts sont issus des végétaux (épluchures de fruits et légumes, tontes, fleurs fanées, trognons…). Les déchets bruns, quant à eux, sont composés de tout ce qui n’est pas considéré comme de la matière verte (restes alimentaires, sachets de thé, serviettes en papier, aiguilles de pin, bois de taille, feuilles mortes…).

Pour obtenir un compost de qualité capable de nourrir tous les micro-organismes (bactéries, champignons…) et les vers de terre nécessaires à l’élaboration du compost, il est nécessaire de bien mélanger ces deux types de déchets. En règle générale, pour un compost équilibré, il faut toujours compter 2/3 de déchets bruns et 1/3 de déchets verts.

3) Alterner les couches

Pour réussir votre compost, vous devez absolument alterner les différentes couches de déchets. Par conséquent, lorsque vous déposez des déchets humides dans le composteur, veillez à ce que la couche ne dépasse pas les 30 cm d’épaisseur. Ajoutez ensuite une couche de déchets secs par-dessus. Répétez la même opération à chaque fois.

compost
Crédits : piotr_malczyk / iStock

À noter également que des orties ou de l’herbe tondue peut être régulièrement ajouté au compost afin d’accélérer le processus de décomposition des matières organiques.

4) Bien arroser

Pour se transformer en engrais particulièrement riche pour vos plantes, votre compost doit absolument rester humide. La raison ? Favoriser l’activité des micro-organismes. Pour ce faire,  pensez donc à l’arroser à chaque fois que vous rajoutez des déchets, notamment en été.

Toutefois, attention, car humide ne veut pas dire détrempé ! Ainsi, pour savoir si votre compost est suffisamment humide, prenez-en une poignée dans votre main et serrez. S’il forme un bloc qui se détache petit à petit, vous n’avez pas besoin de l’arroser. En revanche, s’il s’éparpille directement sans former un bloc, c’est qu’il a besoin d’eau. À l’inverse, s’il conserve sa forme de bloc, il est trop humide.

5) Retourner régulièrement le compost

C’est le dernier élément qui contribue à la bonne décomposition du compost : l’aération. À terme, pour que votre tas de compost puisse se transformer en fertilisant, il doit être régulièrement retourné à la fourche. En effet, ce geste, qui est à effectuer une fois par mois environ, permet d’activer la fermentation des déchets.

Bon à savoir : il est recommandé de privilégier le compost en tas directement sur le sol afin de faciliter le brassage et donc l’aération. Toutefois, un compost en bac est possible à condition de s’en occuper régulièrement. Dans tous les cas, un compost doit toujours être maintenu à l’ombre, à l’abri du vent et de la pluie.

Si vous respectez toutes ces précautions, vous devrez pouvoir récupérer votre compost d’intérieur au bout de 3 à 6 mois et votre compost de jardin en 8 à 12 mois !

Articles liés : 

Compost : 8 astuces efficaces pour éloigner les mouches et moucherons !

Le lombricompostage : le compost d’intérieur qui ne sent pas mauvais !

10 façons de cacher le tas de compost dans le jardin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *