in

Gobemouche : l’oiseau auxiliaire de culture, ami du jardinier

Crédits : bearacreative / iStock

Avez-vous déjà entendu parler du gobemouche ? Ce terme regroupe plusieurs genres et espèces différentes appartenant tous à la famille des muscicapidés. Ces oiseaux ont la particularité d’attraper leur nourriture en plein vol, ce qui les rend particulièrement utiles au jardin en permettant une régulation naturelle de sa biodiversité. Les oiseaux se nourrissent et les parasites du jardin sont ainsi éliminés, ce qui permet d’avoir de belles récoltes. Voici tout ce qu’il y a à savoir sur les gobemouches.

Les caractéristiques du gobemouche 

En France, nous retrouvons le gobemouche gris et le gobemouche noir. Le gobemouche gris possède des plumes de couleur grise ou brune, ainsi que des ailes plutôt longues. Il n’y a pas de différence de taille entre les mâles et les femelles, ce qui rend leur recensement difficile. Dans les airs, le gobemouche est particulièrement rapide et agile. Il vole de manière stationnaire afin de capturer ses proies avant de reprendre place sur un support tel qu’un piquet ou une branche d’arbre.

Le gobemouche noir est lui un peu plus rond. Comme son nom l’indique, il possède des plumes noires, mais son ventre est entièrement blanc. À l’instar de son homologue gris, il vole en stationnaire, mais est plus nerveux que ce dernier. Les deux oiseaux se différencient aussi par leur chant qui, pour le noir, est plus mélodieux et composé de 2 notes tandis que le gris possède un cri fin et bref.

gobemouche
Crédits : phototrip / iStock

Ces insectivores se nourrissent donc essentiellement d’insectes et particulièrement d’insectes volants comme les moustiques, les taons, les mouches ou encore les punaises. Le volatile peut aussi se nourrir de coléoptères, de scarabée ou de coccinelles. À noter que le gobemouche noir mange moins d’insectes volants que le gris.

Le gobemouche au jardin 

Si les deux espèces de gobemouches sont très utiles au jardin, c’est que les insectes sont leur principale source de nourriture. Malheureusement, le gobemouche a une population qui a tendance à diminuer du fait des pesticides utilisés dans les jardins et dans les champs qui réduisent la population d’insectes. Il est essentiel de préserver ces oiseaux cavernicoles en mettant à disposition des nichoirs dans le jardin pour qu’ils puissent réaliser un nid et se reproduire. Il faut savoir qu’ils ne fréquenteront pas des nichoirs que l’on a l’habitude de voir. En effet, ils préféreront amplement une simple bûche creuse avec un trou de 3 à 3,5 cm pour s’y loger. De plus, le refuge doit se trouver à une hauteur comprise entre 1,5 m et 3 m.

Articles liés :

Carabe doré : un insecte auxiliaire ami du jardinier

Courtilière : comment s’en débarrasser du jardin ?

7 oiseaux qui mangent les chenilles processionnaires !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *