in

Hygromètre au jardin : comment ça marche et comment l’utiliser ?

Crédits : Evgen_Prozhyrko / iStock

Pour assurer la bonne croissance des plantes, le jardinier doit réunir certains facteurs environnementaux. Elles doivent être placées dans un lieu adéquat avec de la lumière, un bon sol, mais aussi une humidité de l’air optimale. Pour les plantes les plus gourmandes en eau et en humidité (souvent les variétés tropicales), il est possible d’utiliser un hygromètre afin de s’en assurer. Il s’agit d’un objet qui mesure le pourcentage d’humidité présent dans l’air. C’est ce qu’on appelle l’hygrométrie.

Qu’est-ce que l’hygromètre ?

L’hygromètre relève le taux de vapeur d’eau que contient l’air de son environnement. La valeur relevée est affichée sous forme de pourcentage. Si celle-ci se situe sous les 35%, cela est considéré comme un lieu sec. Au-delà de 75%, il s’agit d’un environnement humide. L’entre-deux de ces valeurs extrêmes est considéré comme optimal pour le bon développement des plantes.

Il existe de nombreux types d’hygromètres avec des valeurs plus ou moins précises et un délai de mise à jour de la valeur plus ou moins rapide. Les 3 types les plus courants sont :

  • L’hygromètre digital : il est électronique et facile à lire grâce à son écran LCD. Il sera toutefois un peu moins fiable dans les lieux secs.
  • L’hygromètre analogique : il utilise un cheveu ou un crin d’origine naturelle qui va s’allonger ou se rétracter en fonction de l’humidité de l’air. On lira la valeur grâce à un cadran équipé d’une aiguille.
  • Enfin, il existe des hygromètres spécialisés pour les professionnels qui sont plus complexes à utiliser.

Les premiers prix sont aux alentours de 10€.

hygromètre
Crédits : sergeyussr / iStock

Utilisation au jardin ou à la maison

L’hygromètre peut être utilisé dans de nombreuses pièces de la maison. La cave est l’une des pièces privilégiées. Idéalement, la valeur de l’hygromètre doit se situer autour des 70%.

Dans les autres pièces de la maison, l’hygrométrie ne doit pas dépasser les 55%. En effet, avec une valeur supérieure, vous risquez de voir de la moisissure se former sur les murs et des troubles respiratoires peuvent apparaître.

Si vous possédez une véranda ou bien une serre, l’humidité doit se situer entre 40 et 75% en fonction des saisons avec un air plus sec en hiver et plus humide en été. En effet, un air sec pour l’hiver évitera la prolifération des champignons sur les plantes en hivernation. En été, l’humidité évitera le dessèchement des plantes.