in

Ail des ours, colchique, muguet : comment les distinguer à coup sûr ?

Crédits - Lucile B / Jardiner Facile

L’ail des ours est une plante sauvage comestible qui s’épanouit au printemps dans les sous-bois. Particulièrement savoureuse, elle bénéficie d’une popularité grandissante parmi les cueilleurs gourmands ou naturopathes. Cependant, soyez vigilants, car les feuilles d’ail des ours, de muguet sauvage et de colchique font toutes partie de la famille des herbacées et se ressemblent, surtout avant la floraison. Ainsi, afin d’éviter une erreur pouvant conduire à une intoxication mortelle dans les cas les plus graves, découvrez comment bien les distinguer lors de votre récolte forestière.

Tout savoir sur l’ail des ours

L’ail des ours (Allium ursinum) est une plante sauvage à bulbe de 15 cm à 40 cm de haut. Sa caractéristique principale est son odeur et sa saveur proches de l’ail de nos cuisines, en moins prononcé. Vivace, l’ail des ours tapisse le sol et se développe rapidement en parterre dès la fin février, et voit ses fleurs éclore jusqu’à début juin. Il préfère par ailleurs les zones à sol humide, ombragé, frais ou proche d’un ruisseau.

Cet « ail des bois » se reproduit grâce aux graines produites par ses fleurs. Il est donc important de pratiquer un ramassage raisonné afin de ne pas nuire à sa multiplication. De manière générale, lors d’une cueillette, prélevez une quantité modérée et ne déracinez jamais la plante. La période de récolte se termine avec les premières fleurs, les feuilles devenant moins savoureuses.

Ail des ours en fleur
Crédits – Lucile B / Jardiner Facile

L’ail des ours possède de nombreux bienfaits pour la santé. Apprécié pour les propriétés dépuratives concentrées dans ses feuilles, il apaise troubles intestinaux, maux d’estomac et ballonnements. Grâce à ses qualités gustatives fines, il se décline en délicieux pesto, en marinade, en condiment, en tartinade beurrée ou séché et il se marie à merveille avec le poisson. Vous pouvez également préparer des conserves, ou congeler les feuilles entières ou préalablement hachées. Nettoyez toujours les feuilles à l’eau claire avant la consommation ou la surgélation. Petite astuce : ne cuisez jamais l’ail des ours, car la chaleur détruit ses arômes. Préférez-le ciselé finement sur le plat ou mélangé directement à la préparation.

Reconnaître l’ail des ours

Ses longues feuilles ovales sont molles, vert tendre, fines, pointues, brillantes sur le dessus et mates au-dessous. Les fleurs blanches en forme d’étoile sont composées de six pétales ovales et pointues. À la coupe, la tige de l’ail des ours est semi-cylindrique.

Afin d’éloigner le doute, froissez délicatement la feuille entre vos doigts. Le parfum spécifique de l’ail des ours se dégagera instantanément. L’autre moyen d’éviter la confusion réside dans la cueillette : préférez une coupe feuille par feuille et non par brassées, afin de vous assurer de ne pas mélanger les végétaux. Selon le centre antipoison, si dans les heures suivant l’ingestion vous ressentez des maux de ventre, troubles digestifs, vomissements ou diarrhées, il peut s’agir d’une intoxication au colchique ou au muguet. En cas de doute, n’attendez pas et contactez immédiatement le centre antipoison le plus proche.

Ail des ours, Colchique et Muguet
Crédits – Montage Jardiner Facile / iStock

Reconnaître le muguet et le colchique

Le muguet et le colchique poussent à la même période que l’ail des ours et apprécient également les terrains humides et semi-ombragés. Les feuilles de ces deux plantes ressemblent à celles de l’ail des ours, mais leur toxicité les rend impropres à la consommation. Une ingestion à forte dose peut provoquer des troubles cardiaques mortels. Soyez donc extrêmement vigilants et apprenez à reconnaître leurs particularités.

Le muguet se compose par exemple de deux feuilles assez épaisses et rigides au toucher, dont l’une s’enroule sur l’autre. Sa tige florale comportant les clochettes blanches ne dépasse pas les feuilles, allant d’une hauteur de 10 cm à 20 cm. Enfin, sa base est constituée de rhizomes et sa tige est ronde à la coupe.

Le colchique possède quant à lui des feuilles moins souples que l’ail des ours, ainsi qu’un bulbe rond de couleur brune. Ses feuilles émergent par trois ou quatre autour d’une courte tige et paraissent sortir directement du sol. La feuille peut faire jusqu’à 40 cm de haut, le bout se terminant en arrondi. La tige est également ronde à la coupe et ses fleurs mauves n’apparaissent qu’à l’automne.