in

Perce-oreille : un auxiliaire utile au jardin !

Crédits : SemenovIgor / iStock

Qui ne connaît pas le pince-oreille aussi appelé perce-oreille ? On se souvient tous de cet insecte qui, lorsque l’on était enfant, semait la terreur à cause de sa petite pince. Cet insecte qui mesure au maximum deux centimètres est également bien connu des jardiniers. Facilement reconnaissable par son long abdomen, ses deux pinces ainsi que par ses deux longues antennes situées sur le sommet de sa tête, le perce-oreille est en effet un allié précieux du jardin. Découvrez toutes les caractéristiques de cet auxiliaire utile au jardin.

Ce qu’il faut savoir sur le perce-oreille

En France, il existe une vingtaine d’espèces dans la catégorie des perce-oreilles et environ 1200 à travers le monde. Cet insecte est très répandu dans la nature. Il est facilement identifiable de par sa couleur brune et ses crochets à l’extrémité de son corps. Il cache aussi deux ailes sous ses élytres, mais il ne vole quasiment jamais.

C’est un insecte lucifuge. Il apprécie grandement l’obscurité et l’humidité. D’ailleurs, on le retrouve souvent caché entre des morceaux de bois ou sous des pierres en journée. C’est à la nuit tombée qu’il sort de sa cachette pour aller chasser.

Le perce-oreille se reproduit en été. Les femelles pondent leurs œufs en automne et ces derniers éclosent durant le mois de mai. Elles hibernent ensuite tout l’hiver. Il faut savoir que les mâles résistent très peu à la période hivernale et beaucoup ne voient pas le printemps.

Le perce-oreille se nourrit de larves, de pucerons, d’acariens, mais aussi de fruits très mûrs et de bourgeons. Ses prédateurs naturels sont les lézards, les oiseaux et des petits mammifères comme la musaraigne.

perce-oreille
Crédits : Ian_Redding / iStock

Le perce-oreille utile au jardin

Au mois de mai, les nouveau-nés commencent à chercher la nourriture par eux-mêmes. Les petits perce-oreilles étant omnivores, ils mangent de grosses quantités de petits insectes comme les pucerons ou les larves de papillons. Tout comme les coccinelles, ils s’attaquent aussi aux fourmis. Pour les attirer au jardin, il faut entreposer des pots retournés, des pierres plates ou encore des tuiles aux pieds des arbres. Ils viendront ensuite de leur plein gré se glisser sous leurs nouvelles cachettes.

Même s’ils mangent les jeunes bourgeons, ainsi que les fruits mûrs, ces dégâts sont faibles comparés à leurs prédations au jardin. Voyez cela comme un échange de services : ils se nourrissent un peu dans votre jardin et en échange ils le protègent des nuisibles. Les pince-oreilles sont très utiles à tous les jardiniers. Ils sont bien sûr inoffensifs pour l’homme et les animaux domestiques. Alors, si vous en voyez, surtout ne les tuez pas !

Articles liés :

Cigale : tout savoir sur cet animal au jardin

Vers de terre : tout savoir sur cet allié du jardinier

Nématodes : insectes ravageurs ou auxiliaires du jardin ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.