in

Potager autosuffisant : on vous explique tout !

Crédits : Nadine Doerlé / Pixabay

Avoir un potager et vivre grâce à lui en autosuffisance est le rêve de beaucoup de personnes. En le réalisant, vous pourrez ainsi produire vos besoins alimentaires seuls, ce qui vous fera économiser chaque mois. De plus, les adeptes du jardinage seront ravis, et même ceux habitants en appartement ! Grâce à cet article, vous apprendrez à réaliser votre potager autosuffisant, et pour les citadins un petit potager partiel.

Quels sont mes besoins ?

La première chose à faire avant de commencer à réaliser votre potager est de définir vos besoins. Regardez vos habitudes alimentaires par jour, mais également par semaine. C’est une étape importante qui permet de définir la place que vous allez donner aux différents aliments. Si cela est possible, essayez même de penser à ce que vous consommez en fonction des différentes saisons. En effet, nous verrons comment conserver les aliments d’une saison à une autre.

Les modes de culture et les moments de plantation peuvent varier en fonction de ce que vous déciderez de planter. Faites une liste des produits que vous voulez voir pousser selon votre consommation de chaque légume ou fruit. Le potager autosuffisant doit vous permettre de produire votre alimentation sur une longue période, à plus forte raison si vous voulez être autosuffisant à 100%. Il ne faudrait pas non plus tout planter en même temps, au risque de gaspiller des produits qui deviendraient trop mûrs. Essayez d’optimiser au mieux votre potager en catégorisant vos plantations en fonction de leurs besoins, mais aussi selon qu’il s’agit de plantes vivaces ou de plantations qui ne donneront lieu qu’à une récolte. En faisant cela, vous pourrez faire des morceaux de terrain pour une culture longue (plantes vivaces) ou une production plus courte. Cela vous permettra d’obtenir un terrain organisé entre arbres et légumes qui repoussent et ceux qu’il faudra renouveler. La première année, vous verrez ainsi la place que requièrent vos habitudes alimentaires, et cela s’étoffera au fil des ans. Vous devrez peut-être prévoir une plus grande aire de jardinage pour des légumes à renouveler (salade, radis, carottes…).

panier legumes
Crédits : Filkina Natalia / iStock

Réaliser mon potager autosuffisant

Pour faire un potager autosuffisant, veillez à bien étudier votre terrain. Vous verrez ainsi ce qu’il est possible de faire et de planter selon les luminosités et la nature du sol. Ce qu’il est intéressant de reproduire, c’est un potager en permaculture. Pour ce faire, utilisez du compost et récupérez également les eaux de pluie. Il faut aussi attirer les insectes utiles dans le jardin, qui sont également appelés les “auxiliaires“, en n’utilisant pas d’engrais chimiques qui pourraient les tuer. Vous pouvez laisser un carré de votre jardin en jachère avec des fleurs à pollen pour favoriser l’apparition d’insectes pollinisateurs. Une autre astuce est de créer ou placer un hôtel à insectes. Celui-ci permettra à de petits auxiliaires d’établir leur nid et de venir nettoyer votre terrain. Préférez également des éléments naturels à réutiliser comme le marc de café. Il est très nourrissant pour votre jardin, agit comme un activateur de compost et éloigne les nuisibles.

Pour réaliser votre potager autosuffisant, soyez également prévoyant ! Plantez des arbres fruitiers qui vous donneront une production conséquente (pommiers, poiriers, cerisiers…). Pensez également aux arbustes, aux groseilliers et aux framboisiers qui ont une durée de vie relativement longue. Petit plus si vous avez la place : réalisez une serre. Elle permet une culture aussi bien estivale qu’hivernale et sert à réguler la température ainsi que l’hygrométrie.

permaculture salades
Crédits : greenleaf123 / iStock

Quelques petits conseils

Pour être autosuffisant à 100%, il ne faudrait pas seulement consommer nos récoltes du potager pendant une saison, mais tout au long de l’année. Pour cela, la conservation des aliments est primordiale. Vous pouvez par exemple placer des légumes dans des bocaux préalablement stérilisés. Il est également possible de congeler, faire sécher ou déshydrater les différents produits récoltés.

Pour faire encore plus d’économies, il est impératif de récupérer certaines choses que vous auriez tendance à jeter. C’est le cas des graines, comme les graines de courge. Récupérez-les et vous pourrez les consommer grillées ou les replanter l’année d’après. Il en est de même pour les graines de tomate, ou encore les poireaux et les pommes de terre. Récupérez la partie racinée du poireau et mettez-la dans un fond d’eau, les racines vers le bas. Vous verrez bientôt le légume reprendre. Autre astuce : prenez une pomme de terre germée et replantez-la plutôt que de vous en débarrasser. Ces petites astuces vous permettront de recréer votre jardin presque indéfiniment, et ce, à moindre coût !

Fruits seches
Crédits : Polina Tankilevitch / Pexels

Articles liés :

Marc de café : 5 façons de le réutiliser au jardin et à la maison

13 méthodes incroyables pour conserver toutes ses récoltes

5 étapes pour commencer un jardin en permaculture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *