in ,

Pourquoi est-il important de laisser des zones de pelouse non tondue ?

Crédits : Eleonora Grigorjeva/iStock

Laisser un bout de pelouse non coupée, c’est très simple et bénéfique pour la biodiversité. Cela marque une volonté de donner plus de place à la nature dans le jardin. C’est aussi opérer un véritable changement de regard sur la fréquence et les impacts de la tonte. Découvrez dans cet article pourquoi laisser la tondeuse au placard !

1. Avantages des zones non coupées

  • En pratiquant la tonte différenciée, en gardant plus de hauteur et de variétés de plantes, vous serez surpris de voir comment la diversité végétale et animale réinvestit progressivement vos espaces verts. Mis à part accepter de voir s’épanouir les herbes folles, vous n’avez rien à faire pour développer la biodiversité chez vous !
  • La prairie d’herbe haute est le lieu de vie de nombreux insectes. C’est aussi dans la zone non tondue que vous pourrez observer la vie des petites bêtes appelées insectes auxiliaires. Ces amis du potager aident le jardinier à combattre les indésirables (pucerons…).
perce-oreille
Crédits : GaborBalla/iStock
  • L’herbe non tondue est un réservoir naturel d’eau qui maintient l’humidité issue de la rosée dans les plantes et le sol. En effet, les herbes hautes captent la rosée qui s’écoule le long de la tige pour rejoindre les racines. Par conséquent, ce cycle autosuffisant permet de réduire les arrosages et de maintenir la fraîcheur dans le jardin.
  • Les zones d’herbes hautes sont source de richesse écologique, ce qui favorise la biodiversité. Comme l’indique la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO), les zones sauvages du jardin permettent à différentes espèces de se développer : graminées, marguerites, trèfles, pissenlits, coquelicots, et orchidées sauvages. Le gazon est au contraire une pelouse mono-graminée (une seule famille de végétal).
marguerite
Crédits : Optimusius1 / Pixabay
  • Le CO2 reste contenu dans les végétaux, tandis que la tonte le libère.
  • Les herbes hautes protègent le sol des rayons du soleil et des UV. Il s’agit d’une véritable aubaine pour les petites bêtes.
  • Une prairie dense permet de limiter l’érosion du sol. À l’inverse, le gazon, dont les racines sont plus superficielles, expose plus le sol aux intempéries et donc à l’érosion.
  • Laisser un coin de parcelle au naturel permet de libérer le temps et l’argent consacrés à la tonte et à la consommation énergétique de la tondeuse (électrique ou fossile). Vous évitez aussi la pollution engendrée par le bruit et les odeurs dégagées par les tondeuses thermiques.
hamac dans jardin prairie
Crédits : Eleonora Grigorjeva/iStock

2. Inconvénients des coupes trop fréquentes

  • La tonte trop fréquente ne permet pas aux fleurs de s’épanouir, ce qui engendre une perte de nourriture pour certains insectes pollinisateurs qui se font plus rares.
  • Trop tondre la pelouse perturbe tout le cycle écologique, car les prédateurs (oiseaux, etc.) ne trouvent plus suffisamment d’insectes pour se nourrir.
oiseau bleu avec insecte dans bec
Crédits : PhotosByLarissaB/iStock

En cas de passage de la tondeuse, il est bénéfique de laisser l’herbe coupée à même le sol et de ne pas tout ramasser. En effet, cela permet aux oiseaux de se fournir en brindilles sèches pour confectionner leurs nids. De plus, l’herbe coupée se transforme en engrais naturel qui nourrit le sol.