in ,

Prêle : plantation, culture et entretien

Crédits : undefined undefined/iStock

On distingue essentiellement deux variétés de prêles au jardin : la prêle des champs et la prêle japonaise. Si la première a tendance à envahir le jardin spontanément, la seconde se cultive en tant que plante ornementale. Très facile à cultiver, voici les conseils de plantation et d’entretien de la prêle.

Prêle des champs ou prêle du Japon ?

La prêle est facilement reconnaissable grâce à la touffe qu’elle forme avec ses fines tiges vertes cylindriques et rigides. Ses nœuds forment des anneaux noirs.

  • La prêle des champs (Equisetum arvense), qu’on retrouve aussi sous les noms de prêle commune, Queue-de-cheval, Queue-de-rat ou Queue-de-renard, est une espèce végétale de la même famille que les fougères. Elle mesure 20 à 50 cm de haut. La prêle des champs est une vivace qui pousse communément dans les endroits humides en pleine nature et dans les jardins. Elle peut rapidement devenir envahissante.
    La bonne nouvelle, c’est qu’elle est très utile une fois macérée. En effet, le purin de prêle est un fongicide biologique apprécié des jardiniers pour lutter contre les maladies des arbres fruitiers et des légumes du potager.
prêle des champs
Crédits : Vaivirga/iStock
  • La prêle du Japon (Equisetum japonicum), ou prêle d’hiver, est appréciée en tant que plante d’ornement pour son aspect graphique épuré. En effet, la prêle japonaise se distingue par sa silhouette filiforme qui comble notamment les amateurs de décoration contemporaine. Cette rustique supporte des températures négatives jusqu’à -20°C. Elle fait partie des plantes tendance en décoration que l’on trouve en vente en jardinerie.
prêle japonaise
Crédits : peangdao/iStock

Plantation de la prêle du Japon

La prêle du Japon se plante tout au long de l’année dans les régions les plus douces. À cause de son grand besoin en eau, il est néanmoins préférable de la planter au cours du printemps ou au début de l’automne. Choisissez donc un emplacement suffisamment proche d’un point d’eau ou dans la zone la plus humide du jardin.
Étant donné que cette espèce est semi-aquatique, elle peut être plantée directement les pieds dans l’eau, sans être totalement immergée. Comme le papyrus, elle se plaît particulièrement dans un jardin aquatique, autour d’un bassin ou près d’une mare. La culture en pot est également possible en veillant à un arrosage fréquent.

À l’instar du bambou, la prêle d’hiver pousse vite. En effet, la Queue-de-renard est une vivace composée de rhizomes traçants qui s’ancrent très profondément dans le sol. Grâce à son réseau de racines, elle se développe en autonomie et peut rapidement accaparer l’espace. Comme le bambou, elle produit chaque année de nouvelles tiges verticales. Il est donc conseillé de délimiter son développement dès la plantation à l’aide d’une barrière anti-rhizome, par exemple. Il est également possible de la planter dans un pot en métal ou en terre cuite directement enterré dans la terre.

prêle
Crédits : Anthony Sejourne/iStock