in

Prunier : plantation, culture et entretien

Crédits : fotojog / iStock

Le prunier est un arbre fruitier à la récolte généreuse, très rustique et à l’allure vigoureuse qui trouvera parfaitement sa place au verger. Son ampleur est due au fait qu’il ne se palisse pas et pousse en forme libre. Du printemps à l’automne, vous le verrez porter majestueusement ses fruits le long de ses branches. Découvrez comment cultiver le prunier. 

Où et quand planter le prunier ?

La période idéale pour planter le prunier est à l’automne pour une bonne prise des racines, mais elle peut aussi avoir lieu au printemps. L’important reste d’éviter les périodes de gel.

Exposition : ensoleillé et chaud pour de belles et grosses prunes. Préférez un lieu abrité du vent.

Sol : pour que les prunes se développent bien, il faudra une terre assez riche avec un apport d’humus par exemple. Le sol doit aussi être bien drainé, profond, léger et si possible légèrement acide.

Lorsque vous placerez votre prunier, pensez à sa future taille adulte. Prévoyez donc suffisamment de place autour de lui. Le prunier peut atteindre 5 à 8 mètres de haut à maturité. La plantation est une étape importante, car elle déterminera le développement de votre arbre, tout comme l’entretien que vous lui prodiguerez.

Bon à savoir : tout comme le kiwi, il existe des pruniers mâles et des pruniers femelles. Si vous ne plantez qu’un seul prunier, il faudra choisir une variété autofertile (Prunier d’Ente, Mirabelle de Nancy, Quetsche d’Alsace) au risque de ne pas voir de prunes !

prunier
Crédits : MariuszBlach / iStock

Comment entretenir le prunier ?

Pour obtenir des fruits, il faut une pollinisation. N’hésitez pas à planter des plantes mellifères autour pour attirer les abeilles et autres insectes pollinisateurs.

Taille : la taille du prunier doit être légère et réduite au minimum. Bien que celle-ci stimule la pousse des prunes, l’arbre n’apprécie pas vraiment d’être taillé. En outre, ses racines n’étant pas très profondes, évitez également de trop bêcher la terre. La taille a lieu à la fin de l’été ou au début de l’automne.

Engrais : à l’automne, faites un apport de fumier afin de combler les besoins en potassium.

Après la récolte : il ne faut pas oublier la taille après récolte qui a lieu l’hiver (toujours en dehors des périodes de gel) afin de stimuler les prochaines pousses. Coupez les bois morts et retirez les fruits encore présents, car ils sont sûrement malades. Supprimez également les gourmands qui apparaissent au pied de l’arbre.

Maladie : le principal ennemi du prunier est le puceron. Retrouvez des méthodes naturelles pour les éliminer ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *