in ,

Thym : tout savoir sur sa plantation, semis, culture et entretien

Crédits : Ralers / iStock

Le thym et son arôme typique sont connus de tous. Il possède de nombreuses vertus et relève magnifiquement le goût de certains plats. C’est une plante vivace dont la culture est si facile que cela fait d’elle un indispensable du jardin et surtout de la cuisine ! On reconnait le thym à ses toutes petites fleurs blanches ou roses. Cette plante est rustique, elle ne craint pas le froid, on la retrouve souvent à l’état sauvage dans les régions méditerranéennes. Par contre le thym n’apprécie pas l’humidité. C’est une plante également cultivée pour ses propriétés médicinales et souvent transformée en huile essentielle. Pour tout savoir sur la culture du thym, suivez le guide !

1) Bien semer le thym (pot ou extérieur)

  • Choisir un terreau spécial semis (pour l’extérieur, voir la qualité de terre requise dans la section plantation ci-dessous)
  • Remplir un pot percé dans le fond
  • Ajouter les graines
  • Les recouvrir légèrement en tamisant la terre
  • Arroser légèrement, la terre ne doit pas être trop humide et doit avoir le temps de sécher entre deux arrosages
  • La levée a lieu environ deux semaines après
  • Le besoin d’eau est faible, n’arrosez pas trop souvent sinon le thym risque de pourrir

2) Plantation du thym (en godet)

Le thym peut se planter en septembre, en octobre, en mars, en avril ou en mai. Pour la plantation en godet, il est préférable d’attendre le printemps.

  • La terre doit être bien drainée, légère, sableuse, calcaire et sèche.
  • Faire un gros trou dans un endroit exposé au soleil.
  • Ajouter du compost ou engrais organique.
  • Humidifier légèrement la motte.
  • Placer la motte au milieu du trou.
  • Reboucher le trou à l’aide de terre.
  • Arroser légèrement.
  • Le sol ne doit pas être trop humide, le thym préfère les sols secs.
thym
Crédits : gate74 / Pixabay

3) Entretenir le thym

Comme nous vous l’avons dit plus haut, la culture du thym est ultra facile ! Quelques gestes basiques suffisent. Tout au long de l’année, il est possible de couper les branches dont vous avez besoin. Cuisine ou tisane, à vous de choisir ! D’ailleurs, il est préférable de recueillir les branches du thym au fur et à mesure pour que celles-ci continuent à produire. Le meilleur moment pour tailler le thym afin de préserver tout son arôme est le matin très tôt avant l’apparition du soleil.

N’oubliez pas de nettoyer le pied pour éviter les adventices. Si vous ne souhaitez pas récolter le thym, laissez-le fleurir ! Ensuite, taillez les branches mortes au printemps. Cependant, fleuri, il contient plus d’arôme et les fleurs décorent les salades en été. 

4) Conserver le thym

Il existe deux méthodes pour la conservation du thym : le faire sécher (au soleil par exemple) puis le congeler ou alors dans de l’huile pour parfumer celle-ci et l’utiliser en assaisonnement. 

Le petit + : le thym trouve très bien sa place dans le potager, car il repousse certains insectes, mais aussi certaines maladies !

Sources : RusticaJardiner-malin

Articles liés : 

Basilic : réussir sa culture pas à pas

Qu’est-ce que la permaculture ?

Potager : 24 légumes à associer et à éloigner

Thym : tout savoir sur sa plantation, semis, culture et entretien
noté 4.5 - 2 votes