in

Vipérine : conseils de culture et bienfaits sur le corps

Crédits : Iva Vagnerova / iStock

La vipérine est un nom qui peut surprendre. Il s’agit pourtant d’une très jolie plante aux fleurs d’un bleu éclatant qui possède en outre de nombreux bienfaits pour notre corps. Plutôt rustique, elle est capable de résister à des températures négatives allant jusqu’à -15°C. Ses épis floraux bleus peuvent atteindre 30 centimètres de haut, ce qui permettra de donner de la verticalité à votre jardin ! Voici quelques conseils pour apprendre à cultiver et à entretenir la vipérine. Découvrez aussi ses nombreux bienfaits.

Où et quand cultiver la vipérine ?

La vipérine est une fleur sauvage que l’on retrouve en bord de route ou dans les champs. Elle aime les terres bien drainées, mais s’accommode à la plupart des types de sol. Elle trouvera parfaitement sa place dans votre jardin, à la seule condition que vous ne la placez pas dans un lieu humide. Concernant l’exposition, c’est très simple, c’est en plein soleil qu’elle s’épanouira.

La vipérine se sème de préférence au printemps après les gelées.

L’entretien

C’est une plante très facile à entretenir, car une fois installée dans un jardin elle n’a en réalité besoin de rien. Si vous décidez de la cultiver en pot, il suffira de lui apporter de l’eau avec de l’engrais liquide deux fois par mois durant la belle saison.

viperine
Crédits : Liudmyla Liudmyla / iStock

Les bienfaits de la vipérine 

Parmi les nombreux bienfaits que procure cette plante, on retiendra sa propriété expectorante qui dégage les bronches lors d’une toux ou d’un rhume. Elle offre aussi une action diurétique qui aidera le corps à éliminer l’eau et le sel. Elle apaise la peau et les nerfs, diminue la fièvre et soulage les maux de tête légers. En l’appliquant directement sur la peau, elle favorisera la cicatrisation des plaies.

Cette plante s’utilise sous différentes formes : en infusion pour les bienfaits liés aux reins et à la toux, sous forme de cataplasme à utiliser sur la peau (attention, les feuilles peuvent être urticantes), et enfin, sous forme d’huile pour les soins du visage ou de la peau en général.

Attention, cette plante ne doit pas être utilisée chez la femme enceinte et allaitante. De plus, elle ne doit pas être utilisée en trop grande quantité, car sa composition peut altérer le bon fonctionnement du foie.