in , ,

Punaise arlequin : cause-t-elle des dégâts au jardin ?

Crédtis : Bushmanov/iStock

Quelle est donc cette punaise striée qui évolue tranquillement au beau milieu de votre potager ? Cet insecte un brin stendhalien avec son habit rouge et noir, se repère facilement. Plus prosaïquement, la punaise arlequin est-elle un danger pour les cultures du jardin ? 

Habitudes de vie de la punaise arlequin

La punaise arlequin (Graphosoma lineatum) fait partie de la famille des Pentatomidae. Vu de dessus, elle a un corps en forme de pentagone, d’où le nom de Pentatomidae. Cet insecte de la taille d’un ongle arbore des bandes rouge et noire alternées sur le dos. Sur le ventre, elle présente des points noirs et rouges. Sa tête est triangulaire et ses yeux proéminents. Elle est très reconnaissable et ne peut donc pas être confondue avec une autre espèce d’insecte.

Quels sont les dégâts de la punaise arlequin au jardin ?

Sauf en cas d’invasion, la punaise arlequin ne cause pas de dégâts conséquents dans les cultures. Cet insecte volant végétarien se nourrit en suçant la sève et parasite les graines vertes en cours de maturation. Au potager, la punaise arlequin se nourrit principalement de carotte, de fenouil, d’angélique et d’aneth. Elle pique les pommes encore vertes, ce qui peut être “la cause de déformation à maturité”, comme l’explique Claude Bureaux, spécialiste du jardinage pour France Info. Dans la nature, on peut trouver la Graphosoma lineatum sur des apaciées comme les berces et autres ombellifères. Par ailleurs, lorsqu’elle se sent menacée, ses glandes latérales émettent une substance à l’odeur très désagréable.

Crédits :

Éloigner la punaise arlequin

La punaise arlequin n’aime pas l’odeur de l’ail. Pour éloigner naturellement les punaises et les insectes en général, il suffit d’utiliser de l’ail écrasé (ou en poudre) mélangé à de l’eau, du purin d’ortie ou bien du savon noir dilué à l’eau. Ces trois mélanges répulsifs écologiques peuvent s’utiliser en spray. Toutefois, leur rémanence est faible et il faudra donc renouveler l’opération plusieurs fois.

L’usage d’un insecticide au pyrèthre est formellement déconseillé, car il tue tous les insectes sans distinction, même les auxiliaires comme les abeilles. De manière générale, n’utilisez pas d’insecticide, sauf cas extrême d’infestation. 

punaise arlequin
Crédits : Lenti Hill/iStock

Prédateurs naturels de la punaise arlequin 

Le site insectes-net indique que les prédateurs insectivores tels que les oiseaux évitent soigneusement de goûter à cette punaise, car “la coloration rouge et noire laisse présager un menu pour eux insipide par son âcreté, et parfois même carrément toxique. La juxtaposition du noir et du jaune suscite la même défiance, car ces couleurs rappellent la livrée des insectes piqueurs (guêpes et frelons notamment), et donc la notion de danger.” Les punaises possèdent souvent des couleurs très vives pour signaler aux prédateurs ou à quiconque les dérange qu’elles sont toxiques. En effet, les prédateurs potentiels se méfient des couleurs intenses, car elles signifient généralement le caractère non comestible d’un insecte. De ce fait, elle ne connaît que peu de prédateurs.

L’association entre couleurs vives et toxicité porte le nom d’aposématisme. Ce terme scientifique désigne les mécanismes de signal qu’un insecte envoie à ses prédateurs. L’avertissement de non-comestibilité peut être sonore, chimique ou visuel.