in

Coprosme : plantation, culture et entretien

Crédits : Nahhan / iStock

Le coprosme (Coprosma), aussi appelé plante miroir, est un petit arbuste originaire de Nouvelle-Zélande. Il a la particularité d’avoir des feuilles luisantes qui reflètent la lumière, d’où son nom de miroir. Selon la variété, ses feuilles peuvent être vertes, roses, cuivrées ou pourpres. La plante peut faire de petites fleurs à la fin de l’été, mais ce n’est pas ce que l’on retient le plus de cette plante. N’étant pas très rustique, on cultive surtout le coprosme en pot ou en jardinière sur un balcon ou une terrasse afin de le rentrer à l’abri durant l’hiver. 

Où et quand planter le coprosme ?

La période idéale pour planter le coprosme est au printemps. Il préfère une exposition au soleil, mais la mi-ombre lui convient également. Bien que peu rustique (environ -3°C), cette plante se cultive bien sur les littoraux. En effet, il résiste aux embruns et à la sécheresse.

Le sol doit être bien drainé et frais. Il peut être un peu acide, mais pas calcaire. Enfin, il doit être fertile, mais pas trop riche non plus.

Coprosme Coprosma
Crédits : Nahhan / iStock

Plantation et conseils d’entretien

La plantation peut avoir lieu en pleine terre, en pot ou même par semis. Il est également possible de réaliser des boutures semi-ligneuses à l’étouffée au mois de septembre. La plantation en pleine terre est réservée aux régions au climat chaud.

L’arrosage doit être régulier, surtout les deux premières années. Cela permettra à votre plante de bien s’enraciner. Après deux ans, l’arrosage n’est plus nécessaire si votre plante se trouve à l’extérieur. Pour les sujets en pot, un arrosage par semaine suffira durant le printemps et l’été.

La taille n’est pas obligatoire, mais si vous souhaitez couper les pousses abîmées ou mortes, faites-le entre avril et août.

En hiver, rentrez vos pots dans une pièce fraîche.

Cet arbuste est robuste, mais il peut parfois être victime de cochenilles.